INVESTIS TON CAPITAL D’AMOUR

21
Jan

Lorsqu’on s’en remet à notre Seigneur, notre affaire devient facile. En réalité, nous prenons refuge dans la caverne d’Allah, dans la caverne du Prophète ﷺ, dans la caverne des amis de Dieu, dans cette caverne qui est une manifestation de l’Amour d’Allah, Gloire à Lui, pour nous.

Plus nous réalisons l’amour d’Allah pour nous, plus nous nous rapprochons de Lui.

L’Amour de Dieu Le Très-Haut pour l’Homme est comme le capital que lègue le père à son enfant. La meilleure façon de connaître la valeur de ce capital est de l’investir.

Selon une histoire contée par les Shouyoukh, il y avait un homme riche qui, à sa mort, avait laissé deux fils. A chacun il avait légué un million de dinars or. Il leur avait montré le chemin du marché et leur avait conseillé de conclure des transactions avec ses amis. Il les avait avertis que s’y trouvaient des gens qui ne l’aimaient pas et avec lesquels ils ne fallait pas faire affaire. Le père leur avait également dit de s’adresser à lui en cas de besoin.

Le premier enfant a suivi les directives de son père. Il a pris son million de dinars et s’est dirigé vers le marché où il a reconnu les amis de son père à leurs visages ou après quelques courtes phrases échangées. Son commerce s’est épanoui et est devenu florissant. A chaque fois qu’il en avait le besoin, il appelait son père qui lui répondait en rêves. Sa fortune n’a cessé de grandir, au point qu’il clamait que son père lui avait tout donné et qu’il l’aimait d’un amour inimaginable.

Plus il investissait son capital, plus il découvrait l’amour de son père. Il a fini par en oublier son commerce, qui a pourtant continué à prospérer, pour plonger dans l’amour de son père.

Le second enfant, quant à lui, est resté à la maison, paresseux, pensant que son héritage suffirait tel qu’il était. Satan est venu le visiter pour lui dire que son père était mort, qu’il ne pouvait pas lui répondre et pour le dissuader de consulter les amis de son père.

Ce fils n’a rien investi. Il n’avait que son or.

Une année de famine est arrivée, mais l’or ne nourrit pas. Il s’est mis à mendier comme beaucoup. Il clamait à tout-va que son père ne l’aimait pas. De désespoir, il a fini par en appeler à son père pour se lamenter et lui reprocher de l’avoir abandonné. Son père lui a alors répondu. Il est allé visiter son frère et a vu la grandeur de l’amour de son père.

Comprenez-vous le symbolisme de cette histoire?

L’affaire de celui qui suit le chemin de son Seigneur et de celui qui ne le suit pas est comme l’affaire des deux fils de cette histoire.

Investis le capital qu’Allah t’a donné, tu vas le réaliser et en goûter la saveur. L’Amour d’Allah est en nous. Lorsque nous demandons à Allah de nous aimer, nous demandons à Allah de nous permettre de prendre conscience de Son Amour. Plus on investit cet Amour, plus on le découvre et plus les portes s’ouvrent devant nous.

L’Amour d’Allah est le droit de naissance de tous. C’est un verbe en chacun qu’il nous appartient de conjuguer. Le capital est là, il faut simplement l’investir : sur le bon marché et avec le bon partenaire. L’Amour d’Allah ne peut se vivre qu’avec des gens qui comprennent cet Amour et qui cherchent à découvrir les merveilles de leur jardin intérieur.

Shaykh Hamdi Ben Aissa – FR – Extrait de la retraite spirituelle Floraison France dans les Cévennes.