CONCENTREZ-VOUS SUR CELUI QUE VOUS AIMEZ

20
Jan

Bismillah

La Voie n’est pas un combat contre celui que l’on hait mais une course vers le Bien-Aimé.

Après avoir terminé le Hajj, les pèlerins jettent des pierres sur les piliers qui représentent la tentation de l’Homme par Satan. Il est dit que ces piliers se trouvent à l’endroit où Satan s’est manifesté à notre père Abraham (que la paix de Dieu continue de nourrir son âme et notre connexion à lui), après qu’il a reçu une révélation de la part de Dieu. Après qu’Abraham et Ismaël ont construit la Kaaba, après qu’Abraham, Hajar et Ismaël ont terminé les rituels du Hajj, c’est seulement à ce moment-là que Satan s’est manifesté. Il est frappant de voir qu’il ne figurait et n’apparaissait nulle part avant cela.

Tout au long des rituels du Hajj, il n’y a aucune mention de Satan.

Le Hajj commence par : “labbayk Allahumma labbayk”. Cela signifie : mon essence, mon cœur, tout mon être sont à Toi mon Seigneur. Je me donne en entier à Ta Sainteté. Ô Dieu qui est mien.

Ceci est le point de départ. Le reste du rituel est une plongée toujours plus profonde et avancée dans cet océan d’Amour divin. Elle atteint son apogée à Arafat où Dieu nous demande de L’appeler comme nous appelons nos parents et avec encore davantage d’amour et de confiance [Coran, Chap. 2, “Al Baqara”, v. 200].

L’amour est le carburant qui permet de commencer le voyage. Comme le carburant, il est un compagnon tout au long du voyage.

Quand cet Amour est présent, aucun autre sentiment ne peut devenir central. Vous avez uniquement besoin de carburant.

Le voyage est ce pèlerinage continu vers le Bien-Aimé

Seulement à la fin du Hajj, lorsque l’union est sanctifiée, lorsque la bénédiction de parvenir au Bien-Aimé est complète et que vous vous préparez à retourner à vos obligations quotidiennes chargé de Cadeaux divins, devez-vous protéger ces Cadeaux.

C’est la lapidation de Satan : protéger cet Amour que vous avez entre vous et votre Seigneur et protéger ces Cadeaux. C’est la lapidation de la fin Hajj. C’est le chapitre 114, le dernier chapitre du Coran. Même là, il s’agit de chercher refuge dans l’Amour qu’il y a entre vous et le Bien-Aimé, de se réfugier de l’ennemi et de l’étranger. Il s’agit de compter sur ce lien que vous avez avec ce “Wali” : ce Rabb, ce Gardien, cet Allié, cet Ami. Ce n’est pas une lutte contre l’ennemi.

Un homme qui persiste à se battre avec Satan, avec son ego, avec ses pensées négatives, avec son “waswas” [insufflations sataniques], avec ses défauts, avec ses tendances négatives en étant toujours plus contrarié et plus en colère est semblable à celui qui a été invité au banquet du Roi. Trouvant un chien aboyer à l’entrée, il s’implique puis se perd dans l’affrontement avec ce chien si bien qu’avant même qu’il ne s’en rende compte, le banquet s’achève. N’aurait-il donc pas pu simplement appeler le maître du palais pour lui demander de maîtriser le chien ?

Parfois, nous nous focalisons sur le voyage et nous oublions la fin. Nous nous focalisons sur le voyage en tant qu’expérience personnelle et nous en oublions la fin. Nous fixons notre attention sur l’ennemi et nous oublions l’ami. Nous nous concentrons sur nos propres personnes comme si la voie était à propos de nous et nous L’oublions, le “Maqsoud”, la destination.

Nous nous concentrons sur notre voyage spirituel en tant qu’expérience unilatérale ; un monologue sans Dieu. Nous oublions Celui qui nous attend, Celui qui est proche, Celui qui est avec nous, comme Il l’a promis dans les Écritures.

Même dans les relations personnelles, vous pouvez trouver un époux qui fait tout parfaitement uniquement pour être le parfait époux, pas parce qu’il aime son épouse, et réciproquement. La différence entre ces deux comportements est la différence entre le perfectionnisme et l’ihsan. Alors que, dans le perfectionnisme il est entièrement question de vous et de votre degré de perfection, dans l’ihsan, il est question de Lui. Recherchez Dieu comme si vous le voyiez jusqu’à disparaître dans cette expérience de contemplation et vous ne verrez plus que Lui.

Shaykh Hamdi Ben Aissa – FR